mercredi 2 septembre 2015

[Sport] Récit de course : Le Triathlon de Chantilly

Il y a un mois, je vous parlais dans un billet du Triathlon de Chantilly pour lequel mon chéri Alex se préparait. 
Je lui laisse aujourd'hui la plume pour sa revue de course : 

Le triathlon a beau être le cumul de 3 sports, il s'agit belle et bien d'une discipline à part entière ! On nage parmi les poissons, on revêt plus de tenues en une journée qu'une femme en une semaine et on prend des cartons comme au foot.


Le weekend dernier, je suis parti à la découverte de cette épreuve sportive pleine de surprises ! Et pour cette première nous avons choisi la course de Chantilly, à quelques kilomètres de Paris. Je dis "nous" car j'étais loin d'être seul. Sur une coïncidence j'y ai retrouvé 3 amis prêts à en découdre. 
En plus d'eux j'étais accompagné de Franck un ami de longue date, OVNI du sport, de ma fabuleuse chérie Camille venue pour nous encourager, et de notre ami Laurent, à qui nous devons la plupart des superbes photos qui suivent. 

C'est parti ! Enfin presque... Levé 6h sur Paris, et après un petit déjeuner complet (bananes, pain, miel, jus d'orange) direction Chantilly en compagnie de Laurent, Franck et Camille. 


Laurent est en forme ! Les premiers crépitements de son appareil photos résonnent alors que nous venons seulement d'arriver à Chantilly et que nous remontons les vélos avec Franck. Nous amenons notre équipement au parc à vélo où il attendra tranquillement notre première transition. Oui parce que le triathlon c'est surtout des transitions ! Nage-vélo vélo-course à pied. Tout doit être anticipé pour perdre le moins de temps possible pendant ces changements. Les pros attachent même leurs chaussures à leur vélo pour grappiller quelques secondes. 

Tout est prêt ! Je porte une tri-fonction, cette tenue si spéciale capable de me suivre dans les 3 sports. Comme 99 % des compétiteurs j'ai pris soin de mettre aussi une combinaison pour affronter les 1500m dans cette eau à 18 °C.


Nous sommes environ 150 nageurs dans la vague qui va partir. Encore quelques secondes pour réfléchir au meilleur itinéraire de nage. J'ai décidé de partir fort sur les 500 premiers mètres pour ne pas être gêné et je commence à douter, ils ont tous la carrure de Florent Manaudou. 

La natation se passe étonnamment bien. Il faut dire que le sensation de glisse avec la combinaison est formidable et que partir devant semble être une bonne technique pour ne pas prendre de coups ! 


C'est le moment de courir vers le parc à vélo. Si vous voulez faire le triathlon de Chantilly, entraînez vous à enlever une combinaison Néoprène en courant dans des escaliers en pierres de plusieurs siècles sans tomber ! En théorie il ne reste que le bas à enlever en arrivant au vélo, et ce n'est pas la partie la plus simple. La fameuse danse de transition commence : Remplacer le bonnet par le casque et les lunettes de natation par les lunettes de soleil. Chaussettes, chaussures de vélo, porte dossard et go ! A ce moment là, tous les Manaudou sont passés et les cyclistes ont hâte de prendre leur revanche sur la route. 


Parlons de la route justement ! Un parcours plutôt roulant, sur des jolies routes autour des bois de Chantilly, plus long que prévu (presque 45km) que les meilleurs boucleront en un peu plus d'une heure sur leur vélos aux allures d'avions de chasse. Ce genre de parcours plats me va plutôt bien, et j'ai des jambes encore fraîches alors j'en profite pour prendre une cinquantaine de places au classement. Contrairement au vélo de route ordinaire, pas le droit de tricher en prenant l'aspiration derrière les autres (appelé Drafting). On doit laisser minimum 7 mètres avec celui de devant sous peine de prendre un premier carton synonyme de pénalité. La deuxieme transition n'est plus qu'à 1km. Les plus précoces ont déjà sorti les pieds de leur chaussures pour gagner du temps. 


Changement de chaussures, troc du casque contre la casquette, une fois le dossard passé de derrière à devant c'est parti pour 10km. A ce moment là tout va bien, au niveau classement du moins, mais je comprendrai vite que la course à pied me fera sortir du top 100 à la vitesse de l'éclair ! On s'enfonce dans le bois. A peine les premières foulées effectuées je cherche en moi de l'énergie comme on espère de l'eau au milieu d'un désert. La transition entre vélo et course à pied est terrible ! A 10km/h je suis le camion qu'on dépasse tous sur l'autoroute... Comment dire...je cours en pédalant, je me traine, j'en bave quoi ! 



Mes amis étaient unanimes "la transition course à pied fait très mal, on court comme au 35ème km d'un marathon" et j'étais plus que d'accord. Autant dire que j'ai bien eu le temps d'observer les triathlètes qui me doublaient, gainés, droits comme des I, la foulée dynamique. C'est fou comme leur démarche est caractéristique. J'ai beau essayer d'accélérer, ça ne répond pas en bas, et le tour de l'hippodrome de chantilly me semble durer une éternité. J'aurais payé cher pour avoir un cheval. Sous 35 degrés je demande au soleil d'arrêter de me taper dessus quand je reconnais des voies familières. C'est Camille et Laurent qui m'hurlent que l'arrivée est à 800 mètres, que c'est le moment de tout donner ! Et c'est ce que j'aurais sûrement fait s'il me restait du fuel. 

A l'arrivée Franck était déjà là dans sa tri-fonction vert-pomme. Je réalise alors une partie de mon erreur : ma tenue n'était pas assez flashy (et je n'ai mangé que la moitié des gels que j'avais prévus).

En attendant c'est l'heure du pic-nic avec Franck, Camille, Laurent, Gui, Manolee et Laurent C. Et je ne peux que vous assurer que faire un triathlon est une grosse tranche de fun et de rigolade, aussi consistante soit elle ! 


On rêve maintenant de l'half IronMan d'Aix et de l'IronMan de Nice ou Frankfurt. Mais là, ça sera une autre histoire...

Photos : Deville Photography

6 commentaires:

  1. Ca doit être très physique !
    Deltreylicious

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mes amis et Alex ont trouvé l'épreuve dense. Le plus dur : la course à pied après avoir enchaîné natation + vélo....

      Supprimer
  2. Je suis impressionnée, c'était très intéressant à lire. Bravo pour la performance!!! J'espère qu'un jour je serai capable d'en faire un :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Delphine ! Ravie que ce récit te plaise. C'est en effet une épreuve très physique... mais géniale apparemment ! J'ai très envie de me lancer aussi ! Mais en attendant, on a nos marathons à préparer ;) !! Go go go Delphine, tu vas être au top sur l'épreuve !

      Supprimer
  3. Bravo pour votre course ! Les photos sont superbes :-)

    RépondreSupprimer